Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 11:09

Plume et pinceaux pour une réalisation pas toute récente

 

 

delphinecalli

 

 

Un peu de calligraphie

et surtout un travail d'enluminure

que j'ai beaucoup apprécié !

 

 

 

 

delphinecallidetail.jpg

 

 

Repost 0
Published by Delphine - dans Un peu de technique
commenter cet article
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 18:00

 

 

 

J'aime beaucoup le rendu de la reliure japonaise.

Facile à mettre enoeuvre, elle permet de réaliser de fins carnets comme des albums plus conséquents.

Résistante, on peut toutefois la défaire et la refaire s'il nous prend l'envie d'enlever ou de rajouter des feuilles à l'album.


 



Alors si vous aussi, vous souhaitez vous attaquer à la reliure japonaise,
il ne vous reste qu'à cliquer ici et à télécharger le document pdf !

Pour vous donner envie, voici la première étape en image :















Repost 0
Published by Delphine - dans Un peu de technique
commenter cet article
14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 10:15
Les boules sont utilisées pour confectionner différents types de réalisations en laine feutrée : bijoux,  décorations, supports et  bien d'autres choses encore. Personnellement, je trouve que la boule est la forme la plus diffcile à réaliser selon cette technique. Mais une fois qu'on la maîtrise, la porte est ouverte à la créativité !

Pour réaliser une boule avec la technique du feutrage, il faut, une fois le matériel rassemblé, suivre les étapes ci-dessous :


1) Réalisation de la boule
Prenez une mèche de laine assez longue et roulez-là en veillant à  tourner la boule dans tous les sens (voir photos). Continuez de la même manière avec une autre mèche jusqu'à obtenir la taille souhaitée (pour rappel, il faut prévoir une boule d'environ un tiers plus grosse que la boule désirée car la laine se compacte durant l'opération de feutrage)

boule1.jpg

2) Mouillage et savonnage de la laine
Recouvrez-le tout avec un tulle ou une moustiquaire et plongez ensuite la boule dans l'eau savonneuse. Vous pouvez également verser l'eau chaude dessus afin que l'ensemble soit bien imbibé. N'hésitez pas à mettre du savon sur vos mains et à "rouler" doucement la boule, toujours enfermée dans le tulle.
Enlevez ensuite délicatement le tulle.

boule2.jpg

3) Pétrissage ou foulage
Prenez maintenant la boule dans vos mains et, en veillant à la garder bien humide et savonneuse, pétrissez-la dans vos mains plusieurs minutes (comme vous le feriez avec de la pâte).
Pour commencer, vous pouvez juste la faire rouler d'une main à une autre afin de ne pas trop la déformer. Ensuite vous pouvez la rouler de plus en plus fermement dans vos mains et enfin la pétrir dynamiquement.
Pour terminer, je la fais rouler franchement sur mon tapis de bambou afin de la densifier au maximum.

boule3.jpg

4) Rinçage et séchage
Rincez maintenant votre pièce à l'eau claire (soit dans un récipient, soit directement sous le robinet). Attention à bien enlever tout le savon, sinon le séchage sera plus lent et l'étoffe légèrement collante. Epongez pour enlever le maximum d'eau et laisser sécher (vous pouvez accéler le séchage avec un sèche-cheveux pas trop chaud si nécessaire)


Petit lexique
Feutrage à l'eau et au savon :

Feutrage à l'aiguille*

Ce billet est le résultat de mes essais et erreurs. Je ne fais que mettre par écrit mes expériences pour les partager, rien de scientifique dans tout cela. Il se pourrait donc qu'il contienne, magré tous mes efforts, quelques imprécisions ... N'hésitez à m'indiquer vos trucs et astuces !
Repost 0
Published by Delphine - dans Un peu de technique
commenter cet article
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 12:10
La technique du feutrage de la laine avec gabarit (dit aussi chablon) est idéale pour confectionner des corps creux sans couture. Elle est donc utilisée pour réaliser des objets en volume tels des cônes, chapeaux, pochettes, sacs, etc. Personnellement, si vous n'avez jamais travaillé la laine feutrée, je pense qu'il serait intéressant de commencer par un feutrage à plat avant de s'essayer au gabarit ou, en tout cas, d'aller lire les explications techniques de celui-ci car je vais y faire référence dans ce billet. Mais ce n'est que mon avis ;-)

Mais qu'est-ce qu'un gabarit et à quoi sert-il?
  • Il s'agit d'un morceau de tissu, de plastique, pvc, lin, cuir...  bref de n'importe quel matériau résistant à l'eau et qui ne feutre pas lui-même. Idéalement, le matériau doit être assez rigide pour qu'on puisse en sentir les bords à travers la laine ainsi que d'une couleur contrastée.
  • Placé entre deux épaisseurs de feutre, il empêche ces deux épaisseurs de se souder l'une à l'autre.

La taille du gabarit est d'environ 30 % plus grande que celle de l'objet terminé afin de tenir compte du rétrécissement de la laine. Attention toutefois, car le résultat varie en fonction du temps de feutrage, de l'épaisseur de la laine, etc. L'habitude sera d'une grande aide pour décider de la taille idéale du gabarit ! ;-)

Une fois le gabarti coupé et le matériel rassemblé, nous pouvons y aller !

1) Mise en place de la laine : premier côté
Sur la natte, posez le gabarit et disposez la laine dessus en alternant le sens des couches (voir
feutrage à plat point 1). Laissez déborder deux centimètres de laine autour du gabarit (quelques mm seulement si l'objet à réaliser est de petite taille).

chablon2.jpg

2) Mouillage de la laine et savonnage : premier côté
Posez ensuite le tulle sur la laine et mouillez bien la surface avec de l'eau savonneuse. Vous pouvez éventuellement ne pas mouiller les bords qui dépassent du chablon afin de faciliter le raccord.
Savonnez.
(voir feutrage à plat point 2 et 3)

3) Mise en place de la laine : deuxième côté
Retourner délicatement votre travail de façon à avoir la laine en dessous et le gabarit au dessus. Repliez les bords sur le chablon pour obtenir une bordure bien nette et estompez les plis. Garder un des côtés ouverts en ne le rabattant pas ! Sinon vous ne pourrez plus sortir le gabarit ! Si ce bord restant est trop long, vous pouvez soit le rabattre sur lui-même vers l'extérieur soit le couper après feutrage.

undefined

Maintenant vous pouvez disposer les couches de laine afin de réaliser le deuxième côté.
Deux manières sont proposées :
  • soit, cette couche sera plus petite que le chablon et viendra couvrir la surface entre les bords repliés. Dans ce cas, il faudra veiller à ce qu'il n'y ait pas de marques de raccord sur les bords. Il faudra également veiller à ce que les bords ne soient pas trop fin (risques de déchirures) ou trop gros (risques de bourrelets)
  • soit, la couche est faite exactement comme la première, avec des bords qui dépassent et qui seront rabattus sur l'autre côté. Dans ce cas, les bords seront bien solides mais attention à l'épaisseur.
chablon4.jpg
4) Mouillage de la laine et savonnage : deuxième côté
Cette seconde couche sera mouillée et savonnée comme la première

5) Feutrage : premier et deuxième côté
Feutrer ensuite la pièce dans la natte, de la même manière qu'un feutre à plat
(voir feutrage à plat point 4). Soyez juste encore un peu plus délicat.

Ouvrez ensuite la forme par le bord non rabattu, savonnez légèrement l'intérieur de la pièce à la main.
Retirez délicatement le gabarit. Savonnez à nouveau l'intérieur à la main en veillant à bien estomper raccords et bourrelets.

chablon5.jpg

Pour des grandes pièces, retournez la sur l'envers et recommencez le feutrage dans la natte en respectant toutes les étapes. Le premier feutrage empêche les deux parties de la pièce de se feutrer ensemble même en l'asbence du gabarit

5) Pétrissage ou foulage
Pétrissez maintenant votre pièce pour densifier davantage
(voir feutrage à plat point 5)

6) Rinçage et séchage
Rincez votre réalisation. Coupez ensuite le bord qui dépasse si nécessaire.
Retournez-la sur l'endroit.
Mettez-la en forme et laissez-la sécher

Petit lexique
Feutrage à l'eau et au savon :

Feutrage à l'aiguille*

Ce billet est le résultat de mes essais et erreurs. Je ne fais que mettre par écrit mes expériences pour les partager, rien de scientifique dans tout cela. Il se pourrait donc qu'il contienne, magré tous mes efforts, quelques imprécisions ... N'hésitez à m'indiquer vos trucs et astuces !
Repost 0
Published by Delphine - dans Un peu de technique
commenter cet article
3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 21:36

Une fois le matériel rassemblé, nous pouvons y aller !

1) Mise en place de la laine

Sur la natte, disposez une première couche de laine (j'utilise de la laine en mèches*) :
Placez les morceaux de laine les uns à côté des autres (en veillant à ce qu'ils se chevauchent légèrement) jusqu'à obtenir la surface souhaitée (attention, il faut prévoir une surface d'environ un tiers plus grande que la surface désirée car la laine rétrécit durant l'opération de feutrage).

FeutrePlat.jpg

Disposer ensuite sur cette première couche, une seconde en veillant à positionner les morceaux de laine perpendiculairement à ceux de la première couche.
Et ainsi de suite jusqu'à obtenir l'épaisseur souhaitée (qui dépend de la réalisation choisie).
Bien veiller à répartir uniformément la laine afin d'avoir la même épaisseur partout.

* si vous utilisez de la laine en nappe, il suffit de déchirer des morceaux de la taille souhaitée et de les superposer (avec ce type de laine, vous ne devez pas veiller à alterner le sens des couches car les fibres sont déjà mélangées)


2) Mouillage de la laine
Recouvrez le tout avec un tulle ou une moustiquaire et mouillez ensuite, à travers le tulle, toute la surface de la laine. Pour cela utilisez l'éponge imbibée d'eau savonneuse. N'hésitez pas à lisser à la main de temps en temps.

Feutreplat2.jpg

3) Savonnage
Ensuite, soit directement avec le savon de Marseille, soit avec vos mains savonnées, applatissez bien la laine (toujours à travers le tulle) en partant du centre vers l'extérieur et en effectuant des mouvements circulaires. 
Enlevez ensuite délicatement le tulle.

Feutreplat3.jpg

4) Feutrage
Enroulez délicatement la natte avec la laine mouillée à l'intérieur. Veillez à ne pas trop serrer la natte afin de ne pas faire de plis. Avec vos mains, exercez des mouvements de va-et-vient avec la natte (une quinzaine de fois). Déroulez la natte, faites tourner la pièce d'un quart de tour et recommencez. Répétez cette opération plusieurs fois, sur l'endroit et sur l'envers. Cette opération permet de retrécir la pièce de manière régulière. Si vous feutrez plus longtemps dans un sens que dans un autre, vous allez modifier les proportions de la pièce et la déformer. Notez que l'étoffe rétrécit dans le sens du roulement de la natte.
Durant cette opération, je rajoute régulièrement de l'eau savonneuse sur ma laine.

Feutreplat4.jpg

5) Pétrissage ou foulage
Prenez maintenant la pièce dans vos mains et, en veillant à la garder bien humide et savonneuse, pétrissez-la dans vos mains plusieurs minutes (comme vous le feriez avec de la pâte). Plus vous foulez, plus la pièce rétrécit et se densifie. Adaptez donc le temps de foulage en fonction du résultat que vous souhaitez obtenir. N'oubliez pas de bien feutrer les bords.

Feutreplat5.jpg

6) Rinçage et séchage
Rincez maintenant votre pièce à l'eau claire (soit dans un récipient, soit directement sous le robinet). Attention à bien enlever tout le savon sinon, le séchage sera plus lent et l'étoffe légèrement collante. Epongez pour enlever le maximum d'eau et laisser sécher bien à plat (vous pouvez accéler le séchage avec un sèche-cheveux pas trop chaud si nécessaire)

Petit lexique
Feutrage à l'eau et au savon :

Feutrage à l'aiguille*

Ce billet est le résultat de mes essais et erreurs. Je ne fais que mettre par écrit mes expériences pour les partager, rien de scientifique dans tout cela. Il se pourrait donc qu'il contienne, magré tous mes efforts, quelques imprécisions ... N'hésitez à m'indiquer vos trucs et astuces !





Repost 0
Published by Delphine - dans Un peu de technique
commenter cet article
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 22:44
 
La laine cardée peut être feutrée (petit rappel du vocabulaire ici)
  • soit à l'aiguille
  • soit à l'eau et au savon. 
Personnellement, j'utilise les deux  techniques :
  • l'eau savonneuse pour les grands formats
  • l'aiguille pour les incrustations et les petits détails
Il existe deux types de laine :
  • à poils long comme le mérinos. Idéal pour la technique à l'eau et au savon
  • à poils courts : idéal pour le feutrage à l'aiguille mais peut aussi être utilisée pour le feutrage à l'eau et au savon
Pour être complète, je dois ajouter que la technique du feutrage à l'aiguille peut également être utilisée pour réaliser de petits sujets et pas seulement des incrustations.
 
Cela dit, je dois avouer que j'ai une nette préférence pour le feutrage eau/savon avec lequel je n'ai strictement aucun risque de me piquer (je parle ici d'expérience...aie...). J'utilise donc l'aiguille uniquement quand je ne peux pas faire autrement.
 
 
 
Laine feutrée à l'eau et au savon


Le processus de feutrage à l'eau et au savon est très simple : sous l'action conjuguée de l'eau chaude et du savon, les écailles qui composent les fibres de laine s'ouvrent. Les fibres vont ensuite s'accrocher les unes au autres grâce aux différents mouvements qu'on va leur faire subir. Au final, on obtient une étoffe dense et très résistante que l'on peut facilement couper, coudre, etc.

Matériel

dsc-0639bis.jpg














Bassine
: contient l'eau chaude et savonneuse (veiller à maintenir l'eau chaude)
Savon : idéalement un simple savon de Marseille incolore
Produit vaisselle : quelques gouttes dans l'eau chaude permettent au savon de mieux pénétrer dans les fibres de laine
Tulle ou moustiquaire : à poser sur la laine afin qu'elle ne bouge pas quand on la mouille
Eponge : pour imbiber la laine
Natte (bambou ou autre) : pour y enrouler la laine et exercer un mouvement de va et vient qui permet le feutrage
Essui éponge : pour absorber l'excédent d'eau
Une nappe imperméable : pour éviter les auréoles sur la table
Et bien sûr, de la laine !


Pour travailler efficacement et agréablement, il est recommandé :
  • de placer l'essui éponge sur le plan de travail (protégé par la nappe) et de poser ensuite la natte sur cet essui.
  • de préparer une bassine remplie d'eau chaude savonneuse (et les quelques gouttes de produit vaisselle) et de garder de l'eau chaude à portée de main pour réajuster la température de l'eau. Rien ne sert de remplir au maximum la bassine, vous aurez à changer l'eau lorsqu'elle devient vraiment trop froide.
Petit lexique
Feutrage à l'eau et au savon :
Feutrage d'une boule

Feutrage à l'aiguille*
* les explications et les photos arrivent bientôt...


Repost 0
Published by Delphine - dans Un peu de technique
commenter cet article
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 19:54
A la recherche de tampons pour tamponner et embosser, je trouve parfois mon bonheur dans les magasins, au détour d'un rayonnage.
Mais qui dit parfois oui... dit parfois non...
Dans ce deuxième cas de figure, tout n'est pas perdu !!!

Il me reste encore deux solutions dans mon tiroir à bricoles :
  • la solution "professionnelle"
  • la solution "fabrication maison"

La solution professionnelle

Tamponperso.jpg

Nous avons découvert la technique de l'embossage à chaud à l'occasion du salon Créativa 2006 à Bruxelles.

Un peu plus tard, plongés dans l'élaboration du faire-part de mariage, nous avons repensé à cette technique. Un petit problème toutefois : nous souhaitions des tampons personnalisés avec nos prénoms et une photo qui nous tenait à coeur.
Introuvable dans le commerce donc ! Comment résoudre ce dilemme ?
Une seule solution ! Trouver un moyen de fabriquer notre propre tampon !


Le dessin était complexe, nous avons vite renoncé à le sculpter nous même. Nous avons donc commencé à chercher sur le net. Et nous sommes arrivés sur le site de 
Stempeltempel (Catégorie > Timbres d'art > Timbre d'art Plus+ > Art Stamp Plus+ Mounted), le spécialiste du cachet en tous genres.

Là, tout est devenu plus simple : il ne nous restait plus qu'
  • à choisir une belle photo ou image
  • à la transformer dans le format exigé par le site (bitmap noir et blanc sans nuances de gris) et dans la dimension du futur cachet
  • à leur envoyer
  • (à payer évidemment :-p )
et trois-quatre jours plus tard, nous recevions notre tampon tout neuf par la poste !

Le tampon était (est toujours) impeccable, le dessin respecté au petit point près, très facile à utiliser grâce à sa monture en bois. Quelques centaines d'utilisations plus tard, l'image est toujours aussi nette... Bon soyons honnête, il y a quand même un petit inconvénient : son prix plus élevé qu'un tampon acheté dans le commerce...

La solution "fabrication maison" 

J'ai découvert cette solution, dans le rayon scrapbooking de mon magasin de fourniture de loisirs le plus proche : le kit tampon à graver Artemio de Hubinont Hobby nv

Cette technique, je la garde pour les petits tampons de forme basique : coeur, étoile, feuille, etc.

Quelques infos supplémentaires
:
  • la plaque à graver se découpe très facilement aux ciseaux, au cutter, etc.
  • le côté sur lequel il faut "repasser" le motif est le côté brillant
  • j'achète juste la plaque à graver (pas le kit complet)
  • à l'aide d'un pistolet à colle chaude, je fixe les petites formes sur le bouchon d'une bouteille en plastique : cela me permet d'avoir la forme bien en main pour tamponner (bon, je pourrais la coller sur un morceau de bois pour faire plus "pro" ou encore utiliser les plaques de plexiglass Artemio mais, l'objectif ici est d'avoir une solution rapide et économique) 

Et voilà, il ne me reste plus qu'à trouver une boîte pour ranger tous mes tampons avant qu'ils ne se glissent tout au fond du tiroir, là où je n'arriverai plus à les attraper !!!


Cette technique est de loin la moins chère si je la compare aux tampons de
Stempeltempel et à ceux vendus en magasin. Mais il est clair qu'il est plus difficile avec cette méthode de créer des tampons à motifs très précis et trés détaillés.

J'aimerais trouver une solution intermédiaire : un fabricant de tampon à prix plus compétitif pour les tampons personnalisés mais difficiles à graver soi-même ! Si vous avez des pistes...


Ce billet est le résultat de mes essais et erreurs. Je ne fais que mettre par écrit mes expériences pour les partager, rien de scientifique dans tout cela. Il se pourrait donc qu'il contienne, magré tous mes efforts, quelques imprécisions ... N'hésitez à m'indiquer vos trucs et astuces !
Repost 0
Published by Delphine - dans Un peu de technique
commenter cet article
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 18:36

Je bidouille pour l'instant toute une série
de babioles & bricoles en laine feutrée.


Laine cardée, laine feutrée à l'eau, au savon, à l'aiguille, feutre,
feutrine, laine bouillie, laine féérique, feutrage...
 
L'univers de la laine feutrée résonne de toutes ces expressions. 
Mais que se cache-t-il exactement derrière celles-ci ?!
Petit lexique avant de passer à la pratique ;-)

Feutrage : technique qui consiste à mêler des fibres animales entres elles, à frotter la laine pour l'emmêler et pour lui donner tenue et épaisseur.

Feutre : Etoffe obtenue par la technique de feutrage. Il s'agit donc d'un agglomérat de fibres emmêlées par frottement. Le feutre s'utilise comme un tissu mais il n'est pas tissé puisque l'agencement des fils n'est pas ordonné (un en dessus, un en dessous). Le feutre est solide, se découpe et se coud sans problème.

Feutrine : Feutre assez fin réalisé en matière synthétique.

Laine cardée (ou laine à feutrer) : Le cardage permet de nettoyer la laine en profondeur, de séparer et de peigner les fibres, et de les rendre parallèles. Le cardage est la dernière étape de préparation de la laine. Ensuite, soit on la file pour faire des pelotes de laine, soit on la feutre (à l'aiguille ou à l'eau et au savon). La laine cardée peut l'être en nappe ou en mèche.

Laine cardée en mèche : Elle se présente généralement sous la forme d'un gros écheveau dont les fibres d'une longueur de 8 à 10 cm s'orientent dans le même sens. Elle s'utilise directement sans nettoyage.

Laine cardée en nappe : Elle est composée de plusieurs couches superposées dont le nombre et la largeur dépendent du fabricant. Elle contient souvent des impuretés qu'il faut enlever avant utilisation.

Laine feutrée (ou laine féérique) : laine cardée que l'on a feutrée à l'aiguille ou à l'eau et au savon. La laine feutrée est une laine non-tissée (à la différence de la laine bouillie)

Laine bouillie : La laine bouillie est une étoffe dont la fibre de laine a été d'abord filée puis tissée (ou tricotée) et enfin chauffée. Il y a donc feutrage mais uniquement en surface. (utiliser le terme de laine feutrée pour désigner cette technique n'est donc pas tout à fait exacte. La laine feutrée est a priori feutrée en surface et en profondeur et surtout n'est pas tissée)


Il ne reste plus qu'à choisir la technique :
feutrage à l'aiguille ou feutrage à l'eau et savon ?
Je vous laisse essayer ...

 


 Feutrage à l'eau et au savon :

Feutrage à l'aiguille*


* les photos et explications arrivent bientôt
Repost 0
Published by Delphine - dans Un peu de technique
commenter cet article
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 23:22
 
L'embossage est une technique qui  permet de mettre en relief un motif.
On distingue l'embossage à sec de l'embossage à chaud.

L'embossage à chaud appelé aussi embossing consiste à faire fondre de la poudre collée sur de l'encre afin de créer un motif en relief

Pour pratiquer l'embossage à chaud, il faut un peu de matériel :

  • un tampon avec un motif en relief (acheté ou fait maison)
  • de l'encre à embosser (c'est-à-dire de l'encre à séchage lent)
  • un stylo encreur (à utiliser à la place d'un tampon pour écrire ou dessiner à main levée son propre motif)
  • de la poudre à embosser
  • un pistolet à embosser (embosseur électrique) ou à défaut un grille-pain ou un décapeur thermique bien réglé bref une source de chaleur qui chauffe l'air sans le déplacer (donc pas de sèche-cheveux)

Le principe est assez simple :

generalbis.jpg
  • Encrer le tampon avec l'encre à embosser et transférer le motif sur le support (papier, carton, bois, etc.)
  • Verser immédiatement la poudre à embosser sur le tampon imprimé et recouvrir la totalité du motif
Utiliser pour cela :
soit une poudre transparente brillante ou pailletée sur une encre colorée
soit une poudre colorée sur une encre transparente
  • Récupérer le surplus qui n'adhère pas à l'encre.
  • A l'aide de l'embosseur ou du grille pain (tenir au dessus pas mettre dedans) ou du décapeur thermique, fixer la poudre sur l'encre. La poudre doit fondre sans brûler. Une poudre fondue est brillante, une poudre brûlée grisâtre et terne.
 
Ce billet est le résultat de mes essais et erreurs. Je ne fais que mettre par écrit mes expériences pour les partager, rien de scientifique dans tout cela. Il se pourrait donc qu'il contienne, magré tous mes efforts, quelques imprécisions ... N'hésitez à m'indiquer vos trucs et astuces !
nti_bug_fck
Repost 0
Published by Delphine - dans Un peu de technique
commenter cet article

En Quelques Mots ...

  • : Babioles et bricoles
  • : Babiole, bricole, bricolage, bidouillage... Petits plaisirs de soirée, de fin de semaine ou de vacances... Envie de les partager pour le plaisir des yeux et des mains...
  • Contact

La boutique et les ateliers

Envie de réaliser vous-même des objets en laine feutrée ?
Envie d'acheter du matériel pour feutrer chez vous ?
Envie de vous procurer un objet personnalisé  ?

Cliquez sur l'image !

L'atelier au fil des jours...

Le cartonnage
La laine feutrée

Hier, Avant-Hier ...

Ma petite bibliothèque

 Mon dernier coup de coeur :  Atelier floral : décorations facile à faire soi-même (magazine)

Toute la bibliothèque

Aux 4 coins du monde


Geo Visitors Map

Et Ailleurs ?